REFLEXION CHAMBER

REFLEXION CHAMBER

Hypnose

 

« Il existe une voie d’observation directe, tous les effets réputés se produire sous hypnose peuvent être investigués, et ils sont nombreux. Les hallucinations visuelles, auditives, tactiles, motrices, temporelles…, qui ont toujours été taxées de complaisance (le sujet se conforme inconsciemment aux attentes de l’hypnotiste) ou de simulation (le sujet joue délibérément un rôle) sont passées au crible de la machine. Avec des résultats étonnants. De manière générale, lorsque le sujet affirme avoir vu, entendu ou ressenti un stimulus qui n’existait pas, mais que l’hypnotiste lui a suggéré, son cerveau a réagi comme si le stimulus avait eu lieu pour de bon. Et cet effet se distingue nettement de la simple visualisation, dans laquelle on demande au sujet d’imaginer le stimulus. Dans ce cas, il est parfaitement conscient de penser au stimulus sans que celui-ci se produise vraiment ? et l’image cérébrale est différente, tandis que sous hypnose il est persuadé d’avoir perçu le stimulus réel ? et l’image cérébrale ressemble à la perception réelle. Pour le cerveau, tout se passe comme si le stimulus était là. »

Élisa Brune

 

Les différents types d’ondes cérébrales

Nos ondes cérébrales et les états d’ondes cérébrales ne sont pas très connus par le grand public. En effet, peu de communication est faite sur les recherches sur notre cerveau et son fonctionnement. Mais en fait, il est important de savoir qu’en changeant notre état de conscience, ou plutôt en modifiant les ondes produites par notre cerveau nous pouvons changer efficacement notre conscience et notre expérience de la vie.

A propos de la stimulation et des ondes cérébrales

La stimulation auditive et visuelle (AVS) est une méthode de développement personnel qui a évolué pendant plus de deux décennies à partir de l’étude et l’utilisation de biofeedback, une procédure de formation qui peut permettre à une personne de modifier les réponses physiologiques permettant d’induire l’état d’esprit désiré.

Dans le biofeedback, le but de l’individu est délibérément de tenter de se calmer délibérément ou de réduire son activité mentale. Avec l’AVS, l’incitation passive se produit sans l’effort du conscient de l’individu.

Quelles sont les différentes ondes cérébrales?

Dans le cerveau vivant, des millions de cellules nerveuses communiquent entre elles en émettant des minuscules impulsions électriques. Cette activité peut être enregistrée comme des ondes cérébrales en plaçant des électrodes sur le cuir chevelu, et en amplifiant les signaux et en les affichant sur un écran d’ordinateur, nous pouvons observer plusieurs types d’ondes émises par notre cerveau. Cette méthode de mesure est appelée électroencéphalogramme-graphie (EEG).

Les ondes Alpha, Bêta, Thêta et Delta?

L’activité cérébrale a tendance à être regroupée en quatre groupes distincts : beta, alpha, thêta et delta. Ces catégories sont associées à la rapidité de l’oscillation (fréquence) des ondes cérébrales. Comme c’est désormais démontré, l’activité des ondes cérébrales est également associée à des états mentaux.

Pendant un état inconscient, (par exemple le sommeil profond), les ondes lentes delta sont dominantes, alors que les ondes bêta de haute fréquence sont plus répandues au cours d’activité consciente et éveillée. Tout ceci est d’un intérêt majeur pour nous, cependant, ce sont les ondes alpha et thêta qui sont associées à la relaxation profonde et à la méditation. Donc ce sont elles que l’on veut obtenir pour des séances de méditation, d’hypnose ou d’auto-hypnose.

Les ondes cérébrales et les machines à méditation?

En 1940 le chercheur Gray Walter, neurologue, étudie l’effet sur le cerveau d’une lumière stroboscopique dirigée sur les yeux, à des fréquences de 10 à 25 Hz. Un des faits remarqués lors cette expérience fût que le cerveau (EEG) semblait « suivre » la fréquence de la lumière, en particulier dans les fréquences alpha etthêta. Cet effet est devenu connu comme l’effet de résonnance. Un exemple familier est la tendance à glisser dans un état détendu ou onirique lorsque nous regardons un feu, c’est à cause du taux de scintillement qui se produit en moyenne dans la gamme alpha / thêta.

Ensuite, dans les années 60, on fait le rapprochement entre l’utilisation de fréquences Alpha et Thêta et la réduction de l’anxiété, une profonde relaxation physique et mentale, une augmentation du Q.I. et une plus grande sensibilité aux suggestions.

Depuis le milieu des années 80, plusieurs chercheurs isolés mettent sur le marché diverses machines électroniques, visant à modifier les états de conscience et à combattre le stress, en utilisant des sons ou des lumières.

Grâce à la miniaturisation des circuits électroniques et à l’utilisation croissante de ces techniques, les appareils actuels sont beaucoup plus performants, et de prix abordable pour tous.

Les appareils d’induction cérébrale, bien qu’ils soient considérés par certains comme « une curiosité exploratoire », sont utilisés avec des résultats « miraculeux » car souvent inexpliqués. L’efficacité réelle de ces appareils, même si elle est plus modeste, ne cesse d’être constatée par leurs propriétaires, et leur utilisation devient de plus en plus courante.

Plus récemment, le son a été utilisé pour produire des résultats similaires, en particulier en utilisant des sons bineuronaux. Cet effet, binaural, provient du fait qu’une oreille entend un son pur légèrement différent de celui que perçoit l’autre oreille. Le cerveau synthétise ensuite la différence entre les deux tons et engendre un état modifié de conscience avec une sensation agréable de lâcher-prise, le rythme des pulsations provoquant une « descente » en douceur.

Les Machines de Méditation utilisent cette recherche, en combinant les fréquences de lumière et de son pour entraîner automatiquement une activité cérébrale en alpha et thêta. Ces états rendent particulièrement efficaces les outils tels que la relaxation, la méditation et l’auto-hypnose.

Tentons d’expliquer comment « Ça » marche.

Avec l’avènement de l’EEG (Électro-Encéphalo-Gramme), on a fait rapidement l’association entre l’activité globale du cerveau et l’état d’être de la personne à ce moment là.

Pour chaque ensemble semblable d’activités, le cerveau produit un ensemble similaire de fréquences.

On s’est également rendu compte que la production d’une fréquence donnée dans un état donné, était un phénomène réversible.

Si on induit une fréquence particulière dans le cerveau, celui-ci se met dans l’état habituel produisant cette fréquence.

Un exemple vous illustrera ce principe:

Lors d’une activité normale, en état d’éveil, le cerveau produit majoritairement des fréquences aux alentours de 15 à 23 Hz (1 Hertz équivaut à un cycle par seconde).

Lorsque vous vous endormez, votre cerveau ralentit ses activités et descend graduellement jusqu’au voisinage de 4 à 6 Hz.

Si vous avez un Inducteur Cérébral réglé sur 4Hz et que vous vous installez confortablement, pour une séance de 30mn, votre Inducteur Cérébral agira comme un chef d’orchestre, et induira doucement ce rythme à votre cerveau, qui, au bout du compte, mettra tout votre corps dans un état propice au sommeil,de façon naturelle (Voilà pourquoi le sommeil est alors si réparateur).

À la fin de la séance, vous vous trouverez dans un état somnolent, qui vous permettra de passer une excellente nuit.

Ce qui est remarquable avec ce type d’appareil, c’est qu’il agit comme un dictionnaire dans un cours de Français:

Plus vous vous en servez, plus son « aide » est rapide !

Par un phénomène de persistance, les effets de la séance se prolongent longtemps après celle-ci.

En résumé, un inducteur cérébral fonctionne comme un Chef d’Orchestre:

Par la production de rythmes particuliers, ces inducteurs entraînent doucement le cerveau à produire naturellement les mêmes rythmes, tout comme une musique particulière peut induire un état d’âme chez vous.

Vous pouvez alors, sans effort ni volonté particulière, en peu de temps, vous trouver dans un état propice au sommeil, à l’étude, à la relaxation, à la méditation…

Voici quelques utilisations courantes de ces appareils:

Amélioration de la qualité du sommeil. Soulagement de l’insomnie (sans fatigue ni effets secondaires). Diminution du stress et de la fatigue mentale. Amélioration de l’apprentissage et de la mémorisation. Augmentation des capacités de méditation. Augmentation de la capacité de créativité et d’imagerie mentale. Aide dans l’autosuggestion. Synchronisation des deux hémisphères du cerveau. Relaxation légère ou profonde. Éveil ou stimulation sans les effets secondaires de la caféine. Amélioration de l’humeur générale. Exploration consciente de toutes ces utilisations, sans aucune dépendance.

Les quatre types d’ondes cérébrales plus en détail

•Les Ondes bêta

•Les Ondes alpha

•Les Ondes thêta

•Les Ondes delta

(15-30 oscillations (ou vagues) par seconde (Hz)) C’est le rythme du cerveau dans l’état normal d’éveil associé à la réflexion, la résolution des problèmes consciemment et une attention active orientée vers le monde extérieur. Vous êtes plus susceptible d’être dans un « l’état bêta » pendant que vous lisez ceci pour bien comprendre ce qui est écrit.

(9-14 Hz) Lorsque vous êtes vraiment détendu, votre activité cérébrale se ralentit en partant des modèles rapides d’ondes bêta pour aller vers les ondes plus douces de l’alpha. Frais et plein d’énergie créatrice qui commence à couler intérieurement, les craintes disparaissent et vous éprouvez un sentiment de libération, de paix et de bien-être.

http://www.pierredubochet.ch/ondes-cerebrales.html Généralités

Notre cerveau produit constamment des impulsions électriques quantifiables au moyen d’un électroencéphalogramme. L’influx nerveux fonctionne en relative cohérence et de façon rythmique : les neurones s’activent ensemble (plus ou moins), comme une pulsation, puis se calment, puis s’activent de nouveau. Ces ondes cérébrales sont mesurées en hertz, un hertz correspondant à une ondulation par seconde.

Un cerveau actif génère des ondes dominantes classées en quatre ou cinq fourchettes, dont les appellations viennent du grec ancien :

•Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz : les plus lentes des ondes cérébrales, elles ont une amplitude forte. Elles sont obtenues chez un sujet en état de sommeil lent et profond.

Ondes thêta : de 4 à 7 Hz, celles de la relaxation profonde, atteinte notamment par les méditants expérimentés, et en sommeil lent léger.

Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme. On attribue aux ondes alpha, le pouvoir d’améliorer les capacités d’apprendre, et on les observe en plus grande proportion chez les gens ayant une pensée positive.

Ondes bêta : 14 Hz et plus, celles des activités courantes. Elles témoignent d’un état attentif, éveillé, les yeux ouverts. Étrangement, les ondes cérébrales passent au bêta pendant les courtes périodes de sommeil avec rêve (sommeil paradoxal), comme si les activités du rêve étaient des activités « courantes ».

Ondes gamma : plus de 30 ou 35 Hz, elles témoigneraient d’une grande activité cérébrale, comme lors de la résolution d’un problème.

La recherche a constaté qu’une stimulation extérieure au cerveau peut l’entraîner à se mettre en phase avec le générateur de signaux externes, dans une bande de fréquences différente.

En d’autres termes, le générateur d’impulsions peut imposer son propre rythme (pour l’exemple, 25 Hz) au cerveau d’une personne (alors à 10 Hz) : la fréquence biologique va se modifier lentement et les ondes cérébrales vont s’adapter à la fréquence de 25 Hz. La chimie cérébrale se met au diapason de ce changement, modifiant le fonctionnement cérébral: les pensées, l’état d’être s’adapte à cette fréquence pilote.

«Une stimulation extérieure, avec des signaux électromagnétiques, peut modifier la fréquence cérébrale pour une longue période. Une fréquence cérébrale élevée empêche l’endormissement».

Cerveau et ondes artificielles

Le Dr Robert O. Becker s’est intéressé aux fréquences extrêmement basses (ELF) au début des années 60. Il utilise un courant continu (CC) pour transporter le signal ELF. Le signal ELF circule comme un passager dans une voiture : il conserve ses propres caractéristiques, tout en étant porté vers sa destination spécifique. Le Dr Becker a testé ce concept sur des volontaires, avec des signaux compris en 1 et 10 Hertz. Certains cobayes ont eu une perte de capacité de leur conscience. Les faibles ondes ELF sans le courant continue avaient un effet très faible. Au-dessus de 10 Hertz et en association avec le CC, les effets retombaient progressivement. Ces recherches prouvent également que des ondes ELF influencent des processus cérébraux.

L’éventail complet des réactions émotionnelles et intellectuelles est le résultat de combinaisons neurochimiques très spécifiques des neurotransmetteurs. Ils sont sécrétés lors d’impulsions électriques aux fréquences spécifiques. Des mélanges précis de ces sécrétions cérébrales sont responsables d’états mentaux particuliers, tels que la peur du noir, ou une concentration intense (1).

La fréquence cérébrale dominante peut être modifiée par une stimulation crânienne, des sons, des signaux électromagnétiques, des ondes radioélectriques, des systèmes à impulsion lumineuse et d’autres appareils encore.

Les avancées technologiques actuelles ont été intégrées dans des systèmes particuliers de contrôle et de commande. Le but de ces systèmes de biofeed back cérébral en temps réel est d’être capable de contrôler et de modifier son activité cérébrale en vue d’obtenir des résultats bénéfiques. Ces appareils simple d’emploi, qui montrent les tracés de ses propres ondes cérébrales sur l’écran d’un ordinateur au moment même où l’on pense ou agit, proposent à domicile ce que les laboratoires, celui de Michael Hutchison par exemple, expérimentaient il y a moins de vingt ans. Cela va de faciliter l’endormissement, la relaxation, en passant par une meilleure maîtrise de la douleur, l’aide à l’apprentissage et l’amélioration de la mémoire (2), (3), (4).

Michael Hutchison va plus loin encore. Il affirme qu’en influençant le cerveau de manière électrique, on peut guérir de dysfonctionnements du système nerveux, corriger un déficit de la concentration et des dysfonctionnements dus à l’hyperactivité chez les enfants. On peut même résoudre des problèmes de dépendances aux drogues et à l’alcool. L’électronique nous permet de rêver au remplacement d’une médecine dont les traitements seraient davantage électroniques que médicamenteux.

La société américaine Biomedical Instruments commercialise des appareils électro-médicaux utilisés pour le contrôle ou la manipulation de l’activité cérébrale. En exploitant différentes fréquences combinées à des formes d’ondes spécifiques, leurs systèmes déclenchent des libérations de neurochimiques qui entraîne à leur tour des réactions de peur, de désir, de dépression, d’amour, etc.

L’American Biotech Corporation vend des systèmes destinées à atteindre des états de méditation très profonde (des états de conscience habituellement atteints après des années d’entraînement), une augmentation du taux de récupération des dysfonctionnements cérébraux, causés par une attaque d’apoplexie ou un accident et des améliorations chez les enfants souffrant de troubles de l’attention et d’autres dysfonctionnements.

Les utilisateurs de ces machines électroniques sont capables de reproduire divers états mentaux spécifiques en l’espace de trente à soixante jours en moyenne.

(1) Michael Hutchison : Mega Brain, New Tools and techniques for Brain Growth and Mind expansion » ,1986 p114

(2) Sheila Ostrander & Lynn Schroeder : « Super Learning »

(3) Michael Hutchison : Mega Brain power 1994

(4) Michael Hutchison : Mega Brain , New Tools and techniques for Brain Growth and Mind expansion » ,1986